AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Nid du Corbeau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Jody Holmes
Personnage principal
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/09/2016
Age : 26
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: Le Nid du Corbeau   Mar 4 Avr - 23:12

Le tam-tam cesse, mais je ne bouge pas d’un cil.
Allez, ouvre !
Je m’exécute pour jeter un regard noir au chat qui est assis devant moi, mais vois alors des dizaines de lucioles minuscules, voletant autour de lui. Qu’est-ce que... Je cligne des paupières plusieurs fois alors que ma vue s’habitue à ses nouvelles capacités. J’ai l’impression d’être Jack Sully quand il prend possession de son Avatar ! Tout me paraît net et extrêmement lumineux. C’est beau. Je sens la vie, ici, et là, puis tout autour de nous, dans le jardin... Je crois qu’on m’a droguée.
— On dirait que nous avons un invité, déclare Selina en fixant Comète.
Même lui, il me semble plus... magique ! Il répond par un miaulement des plus naturels. C’est vrai, quoi : c’est le premier truc normal que je le vois faire ! Toutes les membres du cercle ricanent alors qu’il se tourne légèrement vers le reste du groupe, puis relève son regard. C’est alors qu’une corneille, posée jusque-là dans l’arbre du jardin, s’envole soudain vers nous et se pose au centre, face à Savannah.
— Quoi... moi aussi ?! s’écrie-t-elle.
Je hausse un sourcil en regardant l’oiseau. Une vague d’excitation agite le groupe d’où un murmure commence à s’élever... Selina intervient.
— Du calme, du calme. À qui avons-nous l'honneur ?
Une voix féminine s’immisce alors dans nos esprits :
Sybille. Ruth m'envoie pour... seconder sa petite-fille.
La concernée semble toujours aussi choquée. Bienvenue au club !
— Et vous êtes ? poursuit Selina à l’attention de mon chat de compagnie.
Comète. Je suis là pour empêcher Jody Holmes de déclencher l’apocalypse.
Je pouffe de rire alors qu’il se pavane dans ma direction. Je rêvais d’avoir un animal savant, quand j’étais gosse ! Si certaines femmes de l’assemblée paraissent étonnées, d’autres se joignent à ma bonne humeur.
— Voilà qui est inouï, s’exclame Selina avec enthousiasme. Mais nous savions qu'il allait se passer quelque chose de spécial, ce soir !
Un nouveau coup de tonnerre éclate, ce qui me fait redescendre sur Terre. On est complètement exposées, ici... Violet murmure :
— L’orage se prépare, Mamie...
— En effet, répond celle-ci. C'est parfait.
On suit l’échange avec perplexité, mais c’est Savannah qui intervient finalement :
— Je suis complètement larguée. Qu'est-ce qu'il va se passer ?
— Comme je te l’ai dit, Jody et toi avez été choisies par la Déesse pour manifester l’énergie féminine et spirituelle et ouvrir les consciences. Nous allons l’invoquer pour que son pouvoir vous unifie. Cela signifie aussi que votre Lien va s’amplifier et se solidifier.
Hinhin.
— Et ça fait mal ?
Le reste du groupe se fiche de moi. Quoi ? Vous avez déjà amplifié et solidifié le Lien avec votre flamme jumelle, vous ? Eh bien, moi non plus ! J’ai aucune idée de ce qui m’attend.
— Non... Mais, pendant l'unification, vous allez avoir accès au passé et aux pensées les plus intimes de l'autre. Cela est nécessaire pour que les flammes jumelles fusionnent.
Vous voyez ? J’avais raison de me méfier !
— Est-ce qu’il y aura... toujours cette connexion ? s’enquiert Savannah.
— Pendant les premières vingt-quatre heures, elle sera ininterrompue. Après, vous apprendrez à contrôler votre télépathie.
Je croise les bras, pense au Dr Franck, les décroise, et me risque à demander :
— Et si on fusionnait pas ? J’veux dire... Ça aurait des conséquences ?
— Depuis que vous vous êtes rencontrées, le Lien est de plus en plus fort et désire cette fusion. Si vous vous éloignez, le Lien s’étire – puisqu’il est impossible à rompre –, mais le voile, quand à lui, se déchire. Savannah et toi seriez confrontées au Monde du Milieu en permanence et ce serait très... difficile à gérer.
— Vous en deviendriez folles, précise Violet.
Je déglutis difficilement et jette un coup d’œil en biais à ma « jumelle ».
— Mais, notre rencontre... c’était un hasard, non ? Tout ça aurait très bien pu ne pas se produire !
— Rien n'arrive par hasard, rétorque une dame aux cheveux presque blancs.
Les autres approuvent d’un hochement de tête. Génial. Cette fois, on échange un vrai regard ; désolé, compatissant, mais aussi nerveux... puis déterminé. Quand faut y aller...
— C’est d’accord.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Savannah Lloyd
Personnage principal
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 08/09/2016
Age : 25
Localisation : Moon Hill

MessageSujet: Re: Le Nid du Corbeau   Mer 5 Avr - 10:52

La résolution de Jody me permet de trouver la mienne. Reposant les yeux sur la maîtresse de cérémonie, je hoche la tête sans parvenir à articuler mon assentiment. Une boule de nervosité s’est logée dans ma gorge et je ne trouve même pas la force d’avaler ma salive. D’abord la Nature luminescente, la corneille qui a été envoyée par ma grand-mère, et maintenant ça... Combien de révélations vais-je encore devoir digérer ce soir ?
Ne t’inquiète pas, tu es presque au bout de tes peines. Après, tout ira comme un charme. Enfin... Si tu es prête à supporter Jody.
Mon regard effaré se pose à nouveau sur l’oiseau noir, qui me fixe avec ses petites billes brillantes. Personne ne semble intrigué ou choqué et la concernée n’a pas changé d’expression - j’en conclus donc qu’elle s’est uniquement adressée à moi.
— Bien. Commençons l’invocation. Jody, Savannah, si vous voulez bien prendre place au milieu du cercle, l’une en face de l’autre, et vous tenir les mains.
Comme un robot, je me lève et contourne « Sybille » afin de m’asseoir d’un côté de l’autel. Jody s’installe face à moi et je dois me concentrer pour ne pas fixer les petites boules de lumière - pareilles à des lucioles - qui tournoient autour de nous. Comète s’approche des cuisses de sa propriétaire, ce qui surprend cette dernière.
— Tu joues à quoi, là ?!
— Il va t’aider. Les familiers canalisent les pouvoirs de leurs sorciers.
C’est la première fois que le mot est prononcé par Selina et un courant électrique me parcourt en l’entendant, comme si mon corps se reconnaissait dans cette appellation. Jody prend une grande inspiration lorsque son compagnon velu se couche au creux de ses jambes, puis expire tout doucement sans le quitter des yeux. Ma corneille prend son envol pour se poser sur mon épaule droite, me faisant sursauter légèrement. Je ne m’attendais pas à la « sentir ». Bizarrement, sa présence me rassure et mes muscles se détendent instantanément à son contact. Je tends les mains à Jody en espérant stupidement qu’elles ne soient pas trop moites. Le genre de pensées futiles qu’on peut avoir, dans les moments importants ! Visiblement plus confiante que moi, la rouquine les attrape et une nouvelle décharge électrique me traverse. C’est normal, ou... ?
Oui.
Ah, merci. Je commençais à m’inquiéter.
— Anna, si tu veux bien commencer...
La joueuse de tam-tam se met à frapper l’instrument dans un rythme rapide, régulier et entêtant. Aussitôt, les battements de mon cœur s’accélèrent, comme pour se synchroniser avec la musique. La voix de Selina s’élève alors qu’elle entame un chant cadencé, puis les autres femmes se joignent à elle et répètent :
— He-ca-te, He-ca-te, He-ca-te !
Le tonnerre gronde à nouveau, plus longuement cette fois-ci. C’est alors que l’air se trouble autour de nous... Je lève la tête et me rends compte qu’il pleut et que des éclairs déchirent le ciel. Sauf que la pluie diluvienne ne s’abat pas sur nous ; nous sommes comme protégées par un dôme de verre sur lequel glissent les gouttes d’eau. Le chant se poursuit, toujours plus rythmé, et bientôt, un tourbillon de lumière dorée monte entre Jody et moi. Fascinée, je lève à nouveau les yeux pour apercevoir une silhouette féminine prendre forme tout en haut de la tornade, à quelques mètres autour de nos têtes. Celle-ci se précise jusqu’à ce que je distingue une tête surmontée d’une couronne de fleurs et deux bras, chacun tenant une torche enflammée. Hécate... Je la reconnais, pour l’avoir vu dans plusieurs ouvrages et peintures de ma grand-mère. C’est la première fois que je vois une telle apparition et je suis à la fois terrifiée et captivée par sa beauté et la force qui s’en dégage. Certaines des femmes se mettent à siffler et d’un coup, j’ai l’impression que mon corps lévite. Pourtant, mes cuisses touchent toujours le sol ! La Déesse tend une torche vers ma tête et l’autre vers celle de Jody. Je me mets à trembler involontairement.
N’aie pas peur, me rassure Sybille.
Contrairement au reste de mon corps qui me paraît aussi léger qu’une plume, mes bras deviennent soudain lourds comme du plomb. Mes mains sont littéralement collées à celles de Jody ! Je sens l’énergie dans ses paumes tenter de s’insinuer dans les miennes.
Ne résiste pas.
Expirant d’un coup, je cède à la pression et la sensation de lourdeur dans mes poignets et mes coudes s’estompe tandis que la fusion s’opère. Son énergie est vive, curieuse, ardente - une lumière rouge et éclatante. J’observe la mienne monter dans ses bras : bleu clair, timide, froide. Ma respiration devient saccadée à mesure que l’empreinte de son être s’inscrit dans chacune de mes cellules. C’est alors que les visions commencent.
Jody, enfant, donnant des ordres à ses camarades, ses parents la poussant toujours à obtenir de meilleurs résultats scolaires sans jamais vraiment s’intéresser à ses rêves et aspirations, Jody, pendant l’adolescence, reine de popularité, confiante dans son rôle de leadeuse, Jody, prête à tout pour réussir, jusqu’à écraser ses camarades, tellement l’échec lui fait peur.
À mesure que les souvenirs s’enchaînent, un sentiment étrange s’insinue en moi : celui de la connaître entièrement. Cela semble absurde : on s’est rencontré il y a deux semaines à peine et pourtant, j’ai l’impression que nous avons grandi ensemble - non, c’est bien plus que ça : l’espace de quelques secondes, nous partageons un cerveau, une âme, un cœur. Et je me rends compte avec appréhension qu’elle aussi est en train de lire en moi comme dans un livre ouvert.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savady.fra.co
Jody Holmes
Personnage principal
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 08/09/2016
Age : 26
Localisation : New-York

MessageSujet: Re: Le Nid du Corbeau   Mer 5 Avr - 12:36

Un courant glacé s’immisce dans mes veines, glisse le long de mes nerfs, remonte dans mes muscles et grimpe peu à peu pour gagner ma poitrine. Je n’ai plus conscience de ce qui se passe autour, ni ne sens la présence du chat sur mes genoux. Le tam-tam cogne dans ma tête – ou est-ce mon cœur contre ma cage thoracique ? Mon esprit de contradiction me crierait de mettre fin à tout ça, en temps normal. Mais, là, mon corps, être tout entier s’y refuse ; je ressens le Lien à travers les paumes de Savannah. Et soudain, la lumière bascule.

Je découvre, devant mes paupières closes, l’enfance heureuse de ma jumelle ; du moins, jusqu’à son accident d’équitation durant sa première compétition importante ; sa carrière brisée et son existence bouleversée dès lors par son pouvoir ; sa mère la forçant à se tenir éloignée de Ruth, que j’ai soudain l’impression de connaître aussi ; les nombreuses fois où elle a essayé de nier ses facultés, mais également les conséquences, les esprits qui la torturaient, la nuit ou en public, l’obligeant à se renfermer sur elle-même...

Les vibrations entre nous ne font que s’amplifier, et pourtant la prise ne lâche pas. Selina l’a dit : le Lien ne peut être rompu. Il s’intensifie, encore et encore, et j’ai l’impression de suffoquer sous son contrôle. Et soudain, la chaleur revient ; comme si l’essence même de Savannah me quittait un peu plus à chaque battement de cœur. Seulement, pas complètement : il me semble avoir gardé son empreinte sur mon âme, mon esprit et mes milliards de cellules. J’ouvre les yeux et découvre une lumière orangée recouvrant les pupilles et iris de ma jumelle. La lueur s’atténue à mesure que le froid m’abandonne, et ce n’est que lorsqu’elle s’éteint totalement que la tension de nos doigts se relâche subitement. Je reprends mon souffle comme si j’avais été privée d’oxygène durant plusieurs minutes. Savannah cligne des paupières, visiblement aussi sous le choc que moi, et après un silence de plomb, une fine pluie se met à tomber sur nous. L’atmosphère retombe, la nature reprend ses droits. Toute l’assemblée se met alors à applaudir et siffler ; moi aussi, j’ai l’impression d’avoir accompli un exploit ! Je regarde nos mains, légèrement tremblantes. On les écarte d’un même mouvement et je masse mes phalanges endolories...

Je suis fier de toi, me confie Comète en s’étirant.

Je souris alors qu’il quitte mes cuisses et lève les yeux sur Savannah.

Waow, fait sa voix dans ma tête.

Ah, oui. J’avais oublié ce détail. Les acclamations se calment progressivement, mais ce n’est que lorsque Selina lève les bras que celles qui nous entourent retrouvent le silence. La maîtresse de cérémonie a l’air émerveillé, tandis qu’elle nous observe tour à tour :

— Quel moment... exceptionnel. Comment vous sentez-vous ?
— Épuisée, répond Savannah d’une voix blanche.
— Vivante, j’ajoute dans un soupir.

Assis à ma droite, Comète se moque de moi.

C’est un bon début. Mais tu seras capable de bien plus quand vous saurez vous contrôler.

Oui, eh bien, une chose après l’autre !

— Bien. Mesdames, ne tardons pas à refermer le cercle. Ces demoiselles ont besoin de repos et nous ne sommes plus protégées des intempéries !

Violet se lève et s’agenouille à nouveau devant l’une des femmes pour... le...

Refermer le troisième œil.

À cette indication, une légère frustration s’empare de moi. Je pose le regard partout autour de moi pour tenter de photographier mentalement la moindre beauté de la Nature qu’il me sera bientôt interdit de contempler. Et mes pupilles s’arrêtent soudain sur Savannah. De petites lueurs dansent encore dans ses iris, couleur feu ; les verrai-je encore d’ici quelques secondes ?

Quoi ? pense-t-elle.
Les lucioles dans tes yeux...

Je lui ai répondu par télépathie, comme si c’était subitement plus naturel que de parler.

Chez toi, elles sont bleues.

Comme la lumière qui venait de ses mains. Je n’ai pas le temps de me poser davantage de question : Violet nous rejoint et, alors que je ferme mes yeux, condamne le troisième à ne pas se rouvrir. Quand je regarde Savannah, ses iris ont repris une teinte normale. Bientôt, le cercle entame un nouveau chant, plus doux, alors que Selina... heu...

Remercie et libère les éléments, le Dieu Pan et enfin, la Déesse Hécate.

Merci... Je tourne la tête, mais Comète n’est déjà plus là.

Quelques instants plus tard, nous nous retrouvons au salon et des femmes se pressent pour me saluer ou serrer mes mains dans les leurs. Je ne sais pas trop ce qu’il se passe, le brouhaha n’aidant pas ma capacité d’analyse ; apparemment, elles nous remercient, Savannah et moi. Allez savoir pourquoi. Selina interrompt finalement ce petit monde pour nous enjoindre au repos parce que, je cite, on n’est pas « au bout de nos peines » ! Honnêtement, je pense qu’elle est de très bon conseil. Nous quittons donc la boutique et rejoignons la voiture sous la pluie battante. Le calme de l’habitacle me semble pareil à une bulle de tranquillité, jusqu’à ce que je croise à nouveau le regard de Savannah. J’affronte alors la question que je redoutais depuis le début de cette histoire : et maintenant ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Savannah Lloyd
Personnage principal
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 08/09/2016
Age : 25
Localisation : Moon Hill

MessageSujet: Re: Le Nid du Corbeau   Ven 7 Avr - 11:37

Son interrogation - même si elle ne s’adressait pas forcément à moi - me fait rire malgré moi.
Bonne question, lui réponds-je en pensée.
Depuis le début du trajet, je tente de m’empêcher de penser avec des mots. Essayez... vous verrez à quel point c’est difficile. Et c’est encore plus étrange d’entendre les pensées d’une autre personne sans pouvoir « éteindre la radio » ! Je roule lentement, histoire d’éviter les accidents idiots, étant donné mon état proche du somnambulisme. Jetant une œillade de côté, j’aperçois Jody qui hausse les sourcils et détourne le regard.
Je sens qu'on va bien s'amuser...
« Entendre » est bien le mot adéquat. Je capte même l’ironie dans son ton, c’est tout dire. Heureusement pour moi, je suis assez fatiguée pour que mon esprit ne vagabonde pas trop.
Dieu merci, ça ne durera que 24h.
Oups. Elle a entendu, ça ?
Je vais arrêter de faire comme si c'était normal de communiquer par la pensée. Je suis crevée...
La voix rauque de Jody qui vient briser le silence me paraît presque assourdissante. Je m’éclaircis la gorge avant de tester la mienne :
— Moi aussi. C’était dingue.
Mes cordes vocales se resserrent alors que je prononce ce dernier mot, comme si je n’étais pas encore prête à verbaliser l’expérience qu’on a vécu ce soir. Peut-être que je devrais bannir les termes « fou/folle » et « dingue » de mon vocabulaire, en fait. Maintenant qu’on est officiellement passées dans la 4e dimension.
— Il faut... qu'on dorme, articule-t-elle comme un robot sur le point de tomber en panne.
Contrairement à hier, je n’ai plus l’impression de voyager avec une inconnue. Je me sens parfaitement à l’aise en sa présence, et me rends soudain et tristement compte que je n’ai jamais éprouvé cela avec quiconque. Et merde. Je vais passer pour une pauvre âme esseulée.
— Mais noooon.
Oh, mon Dieu... Je ferme les paupières une seconde et inspire, refusant de tourner la tête pour la voir me prendre en pitié.
— Je suppose qu’on n’a plus de secrets l’une pour l’autre, fais-je remarquer d’un ton que je veux confiant et mature.
Même si on dirait plutôt que j’essaie de m’en convaincre. L’impression d’avoir été mise à nu pendant l’incantation subsiste encore maintenant, et c’est très perturbant.
— On dirait bien. Et je ne sais pas laquelle de nous est plus à plaindre...
Un ricanement m’échappe mais je me passe de tout commentaire. Voir les choses du point de vue de Jody m’a forcée à la comprendre : je me sens donc incapable de la juger pour ce qu’elle fait ou ses pratiques peu scrupuleuses. J’imagine d’ailleurs que les choses vont devoir changer, de ce côté-là, mais elle n’est sans doute pas prête à se pencher là-dessus.
— En effet. Mais c'est... gentil, de réviser ta position, dit-elle en secouant doucement la tête.
Encore une fois, je ne réponds pas. Mes yeux fatigués se posent sur la route vide à cette heure-ci et les lampadaires qui se succèdent, puis enfin, l’immense terrain de mon grand-père. Nous sommes arrivées.
— On parlera de tout ça demain, ok ? dis-je dans un murmure alors que nous arrivons dans le couloir menant à nos chambres.
La rouquine acquiesce d’un hochement de tête.
— Bonne nuit.
Puis elle fait un pas vers moi comme pour... Me faire une bise ? Me prendre dans ses bras ? Je l’ignore, mais elle se ravise et pousse la porte de sa chambre avant d’y entrer.
— Bonne nuit, réponds-je du bout des lèvres.
Je crois qu’on partage le même sentiment : même si nous connaissons l'autre parfaitement, il y a toujours cette distance entre nous, tout simplement parce que cette « formation accélérée » ne peut pas remplacer pas des années d’amitié. Imaginez observer une personne pendant vingt-cinq ans sans jamais interagir avec elle : vous avez beau la connaître de A à Z, vous ne partagez aucun souvenir d’enfance en commun, aucune bêtise, aucun fou rire, aucune anecdote rigolote. Je rejoins ma chambre à pas feutrés et souris en entendant mon grand-père ronfler doucement dans la sienne. Demain est un autre jour... Et malgré tout ce qu’il s’est passé, je me sens plus sereine. Cette « unification » (appelez ça comme vous voulez !) a stabilisé quelque chose en moi, m’a apporté un équilibre dont j’avais besoin. Le Lien ne m’effraie plus. Déjà, j’ai la sensation d’avoir plus le contrôle. Je ne me sens plus seule. Et j’ai hâte de découvrir ce que l’avenir nous réserve.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://savady.fra.co
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Nid du Corbeau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Nid du Corbeau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La brune, la rousse et la noire corbeau [PV : Caitlyn & Ciera]
» Corbeau
» Relations d'un Corbeau
» Le Corbeau et le Rosier - Heath & Saul
» Le Corbeau et le Renard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Savady :: Pennsylvanie :: The Crow's Nest-
Sauter vers: